Couvent Général Franciscain de Bruz

Forum RP de l'ordre Franciscain du jeu en ligne RR
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  BibliomélieBibliomélie  

Partagez | 
 

 Saint-Yves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cathelineau

avatar

Nombre de messages : 55
Paroisse : Saint-Brieuc
Statut : Primat de Bretagne
Autres : Exorciste
Date d'inscription : 25/04/2015

MessageSujet: Saint-Yves   Mer 1 Juin 2016 - 15:46

Citation :


Hagiographie de Yves Hélory de Kermartin


I Naissance et formation d'Yves Hélory de Kermartin

Yves Hélory de Kermartin est le dix sept octobre de l'an mille deux cent cinquante trois au manoir de Kermartin, à Minihy, près de Tréguier.  À l'âge d'environ 14 ans, il part étudier à Paris, accompagné de son précepteur Jean de Kergoz. Il y fait ses humanités, suivant des cours de théologie. Ces premières études achevées, il étudie ensuite le droit à l'université d'Orléans dont la faculté est réputée à travers toute l'Europe à cette époque. Déjà, il se fait remarquer par sa vie de privation en faveur des pauvres.


II Retour en Bretagne

Ses études achevées, il revient travailler en Bretagne à Rennes dans un premier temps, où il devient Official du diocèse. L'Archevêque de Rennes remarque ses talents et le presse de revenir à Tréguier en 1280. Sa mère meurt quelques temps après. Étant le fils aîné de la famille Heloury, il hérite de tout le patrimoine familial. Dès la sortie de Rennes, sur le chemin pour retourner en Trégor, Yves vend le cheval que lui avait offert l'Evêque et donne l'argent aux pauvres.
Yves accepte à Tréguier d'être ordonné prêtre et on lui confie la paroisse de Tredrez, plus tard celle de Louannec. Il lui est arrivé de prêcher cinq fois le même jour à des endroits différents : Tredrez, Saint Michel en Grève, Trédarzec et Pleumeur.
On aimait venir de partout entendre ce prêtre humble et dont la piété faisait aimer la piété. Il ne ménageait pas sa peine pour aller dire l'espérance de Dieu aux pauvres gens de la campagne bretonne. Il faisait tout le chemin à pied, jamais à cheval. Alors que ses prédécesseurs prêchaient en latin, Yves étonne ses paroissiens en le faisant en breton, rendant ainsi accessible au peuple la compréhension du Livre des Vertus. En 1293, il fit construire un refuge pour les indigents, Crech-Martin.
A Tredrez, lorsqu’il y était recteur, il nourrissait aussi les pauvres : une fois il fait donner le peu de pain qui restait au presbytère à des pauvres, on en coupa assez pour que tout le monde en ait à sa faim. Au grand étonnement du vicaire qui s'était fait mettre de côté, au préalable, un morceau pour lui.
Yves étonnait tout le monde par son désintéressement : « advocatus erat, sed non latro, res mirabilis populo » Cette exclamation en latin a traversé les siècles, et reste souvent prononcé en Bretagne : « Il était avocat, mais pas voleur, chose admirable pour les gens »
Il donna un jour à des pauvres affamés son blé à couper avant qu'il ne soit mûr et à d'autres qui avaient froid ses taillis avant qu'ils ne soient poussés. Quant aux pauvres habits que parfois il faisait faire , le jour où l'on les lui portait ne finissait pas toujours avant qu'un malheureux ne se les voit offrir.

Yves Hélory s'éteint le 19 mai 1303. Ses obsèques à l'Eglise Saint-Tugdual de Tréguier où est érigé son mausolée, sont l'objet d'un faste et d'une ferveur populaire extraordinaire ; pour tous, il devient le « mirouër (miroir) des ecclésiastiques, avocats, pauvres, veuves et orphelins »


III Témoignages sur Yves Hélory de Kermartin

La veuve du jongleur Rivallon a dit de lui

Citation :
" Mon défunt mari et moi-même, nous vînmes accompagnés des quatre enfants que j'avais, onze ans environ avant la mort de dom Yves , à sa maison de Kermartin pour recevoir aumônes et hospitalité pour l'amour de Dieu. Yves nous accueillit avec beaucoup de joie, et pendant ces onze années-là, ou à peu près, il nous a gardés chez lui, pourvoyant à notre nourriture et à notre habillement."

L'affaire des odeurs

A Rennes, il doit traiter une affaire opposant un aubergiste à un mendiant. Ce dernier est accusé par le premier d'avoir été pris à rôder autour des cuisines ; comme l'aubergiste ne peut l'accuser d'avoir volé de la nourriture, il l'accuse de se nourrir des odeurs de sa cuisine… Le jugement a dû en étonner plus d'un ! Yves Hélory prend quelques pièces dans sa bourse et les jette sur la table devant lui ; l'aubergiste tend la main pour les prendre mais  Yves retient sa main. L'aubergiste s'exclame : « c'est à moi » Yves lui répond « ah non ! le son paye l'odeur, à cet homme l'odeur de ta cuisine, à toi le son de ces pièces ! ».

Yves, un souvenir encore vivace en Bretagne

Quand les Bretons voyaient passer dans la campagne
Yves revêtu de son grand manteau blanc
Ils se disaient que Dieu l'avait mis en Bretagne
Pour défendre des grands les faibles, les petits.
À son nom s'éveillaient, sur leurs couches les malades.
Les marins l'invoquaient au milieu des ténèbres,
Et leurs barques passaient les brisants périlleux



Il est le saint patron des Juristes.
Il est fêté le 19 mai.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Saint-Yves
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ESG ? Mes initiales sont plus célèbres celles d'Yves Saint Laurent (a)
» [CXL] Saint Gapour: Ville en danger?
» [Régio] Saint Lô : 28 Mars
» Saint Nicolas !
» Baronnie de Saint Vallier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couvent Général Franciscain de Bruz :: L'enceinte du couvent :: Textes en cours de rédaction-
Sauter vers: