Couvent Général Franciscain de Bruz

Forum RP de l'ordre Franciscain du jeu en ligne RR
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  BibliomélieBibliomélie  

Partagez | 
 

 Hagiographie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tadeus

avatar

Nombre de messages : 281
Age : 28
Paroisse : Rennes
Statut : Vicaire du diosèce de Rennes
Autres : Garde Episcopale de Bretagne
Date d'inscription : 28/06/2009

MessageSujet: Hagiographie   Lun 9 Avr 2012 - 16:11

Suivant les conseils de SE Robert Savoie.

Je vient vers vous avec le projet d'Hagiographie de Saint Brieuc, qui est à retravailler en profondeur je ne l'ai pas fait j'ai juste transmis au SO.


Citation :




Saint Brieuc (Sant Brieg en breton) fut le fondateur de Saint-Brieuc.
Il est fêté le 1er mai (Calendrier des saints bretons).
C'est l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne.
Il est fêté à Saint-Brieuc dans le Tro Breizh.

Une naissance attendue :


Brieuc naquit au commencement du Vème siècle, dans le pays de Galles.Son père, Cerpus, et sa mère, Eldrude, étaient nobles et riches, mais encore imbus des erreurs de l'idolâtrie. Une nuit, un ange se montra à Eldrude dans une vision : « Femme, lui dit-il, sors des ténèbres de l'idolâtrie, adore le Très Haut, Créateur de toutes choses, et dans tes supplications, demande-lui de faire briller sur ton âme et celle de ton époux la lumière qui vous guide sur le chemin de la vertu ». A ces mots, Eldrude s'éveille, saisie de crainte. Mais l'ange la rassure, et lui annonce qu'elle sera mère d'un fils qui deviendra grand devant le Très Haut et qu'il s'appelera Brieuc.
Dès la pointe du jour, Eldrude, se levant, s'empressa de transmettre à son mari le message céleste. Mais Cerpus se mit à rire et ne tint aucun compte du salutaire avertissement qu'il traitait de fable et de rêverie. Trois jours se passèrent, et l'ange du Très Haut revint, cette fois il apparut à Cerpus lui-même, et, après lui avoir sévèrement reproché son incrédulité, le menaça de la vengeance divine : « Lève-toi, ajouta-t-il, et que tes faux dieux te délivrent du châtiment, s'ils le peuvent ».

Une jeunesse bénie :

Le temps venu, selon la promesse de l'ange, Eldrude mit au monde un fils qu'elle appela Brieuc. L'enfant grandit en taille et en vertu. Son âme était pure et sereine comme un ciel de printemps. Au lieu d'imiter la légèreté et l'insouciance des enfants de son âge, il demeurait près de sa mère, s'exerçant à tracer de sa petite main sur des tablettes des lignes encore imparfaites. Cependant, le jeune enfant allait bientôt se séparer de sa famille.
La mère de saint Brieuc voulait obéir à l'ordre de l'ange, mais Cerpus s'y opposa : « Non, dit-il, c'est notre unique enfant, qu'il demeure parmi nous ; il héritera de nos biens ». « Il avait peur, dit la même chronique, qu'il ne luy prist envie de se faire prestre ou moyne ».

Mais l'ange veille toujours sur son petit protégé. De nouveau Cerpus le voit paraître menaçant devant ses yeux : « Qui te retient, lui dit-il, d'obéir aux ordres du Très Haut? ». Le père, effrayé, n'osa plus résister, le lendemain l'enfant partit sous la garde de quelques serviteurs fidèles et s'en vint à travers les mers pour arriver en France.

Etude à Paris :

Brieuc avait à peine dix ans, quand il franchissait le seuil du monastère de saint Germain. Celui-ci ne l'eut pas plus tôt aperçu de loin, qu'une lumière intérieure lui fit connaître son pays, sa famille, son nom et sa destinée.

« Voici, s'écria-t-il, un jeune enfant qui nous arrive d'Hibernie ». Au même moment, une blanche colombe, prenant son vol, vint se reposer sur la tête de Brieuc, ce qui fut considéré par tous les assistants comme un signe visible de la grâce qui embellissait son âme.

Doué par le Très Haut des plus belles qualités de l'intelligence, l'enfant fit de rapides progrès dans les études. Un jour lui suffit pour s'assimiler les éléments de la langue latine, et en cinq mois il apprit par cœur tout le psautier, afin de pouvoir chanter au chœur les louanges divines avec les religieux.

Sa charité pour les pauvres était inépuisable, il leur donnait tout ce qu'il possédait et ne pouvait en rencontrer sans leur laisser quelque chose.

Quand il eut atteint l'âge de vingt-quatre ans, il fut ordonné prêtre. Tandis que saint Germain conférait à son disciple l'onction sacerdotale, on vit comme une colonne de feu descendre et se reposer sur la tête de Brieuc, répandant dans son coeur des ardeurs séraphiques, et tous les assistants jugèrent que Dieu ratifiait, par ce signe visible, l'ordination de son serviteur.

Quelque temps après, il lui fut révélé par un ange que ses parents, encore païens, n'attendaient que sa venue pour recevoir la foi Aristotélicienne. Le zélé missionnaire partit avec un compa­non de route.

Retour dans le Pays de Galles :

Cerpus et Eldrude , avaient gardé les coutumes païennes, ils célébraient des jeux et des danses en l'honneur du faux dieu Janus. L'arrivée de leur fils les combla de joie, et ils l'invitèrent à prendre part aux réjouissances publiques, mais Brieuc s'y refusa avec énergie. Or, il advint qu'au milieu des jeux un homme tomba si malheureusement qu'il se brisa la jambe. Brieuc le guérit, et prit de là occasion de prêcher aux idolâtres la religion du seul vrai Dieu. Il rendit aussi à la santé un jeune homme atteint de la rage. La vue de ces merveilles toucha profondément ses parents et les autres païens. Dociles à sa parole, après un jeûne de sept jours, ils reçurent de sa main le saint baptême.

La foy Aristotélicienne devint bientôt florissante. A la place des temples païens s'élevèrent des églises et des monastères, asiles de la prière et de la mortification, d'où la louange divine montait ardente vers le ciel.

Départ pour l'Armorique :

Une nuit de printemps , il sommeillait légèrement dans une chapelle. Un ange vient le saluer : « Ta mission en ce pays, lui dit-il, est accomplie, lève-toi, et va en Armorique porter à d'autres âmes la vraie religion et les exemples salutaires ».

Brieuc, sans différer, prend avec lui cent-soixante-huit religieux, et s'embarque pour la Bretagne.

Enfin, la pieuse cohorte vint aborder, après une heureuse navigation, au port d'Ack, d'où elle s'avança ensuite par terre jusqu'à la rivière de Jaudy, dans le pays de Tréguier.

Ils furent très bien accueillis par les habitants de la contrée, qui aidèrent le Saint à bâtir un monastère à Landebaëron pour lui et ses religieux. Sur ces entrefaites, un messager venu du comté de Berry apporta une douloureuse nouvelle, une peste cruelle ravageait ce pays, et les Coriticiens, épouvantés, réclamaient à grands cris la présence et les prières de leur compatriote. Brieuc fut ému de compassion, et, laissant à la tête du monastère son neveu, Tugdual, il se hâta d'aller lui-même les consoler.

Arrivé de Brieuc dans l'embouchure du Gouet

A son retour en Bretagne, Brieuc trouva le monastère florissant sous la sage direction de Tugdual, aussi résolut-il de ne rien changer à cet état de choses.

Choisissant donc 84 religieux, il prit congé de son neveu, et après avoir longé la côte jusqu'au havre de Cesson, débarqua à l'embouchure du Gouet. Il y avait là une forêt et une vallée arrosée par une abondante source qui existe encore aujourd'hui. Le maître et les disciples, s'étant assis au bord de l'eau pour s'y reposer, furent aperçus par un écuyer du Cte Riwall, prince de la Domnonée. Leur nombre, leur costume de couleur écarlate qui dénotait des étrangers, impressionna défavorablement cet homme : il les prit pour des espions, et s'en alla en toute hâte avertir le prince de leur arrivée dans le pays.

Riwall, ajoutant foi au récit de son écuyer, ordonna à une troupe de ses gens de monter à cheval et de chasser de la contrée ses nouveaux envahisseurs.

Mais à peine avait-il donné cet ordre qu'il fut saisi d'affreuses tortures. C'était le châtiment visible de sa légèreté et de sa cruauté. Riwall le reconnut et se hâta de révoquer sa barbare sentence. En même temps, il priait Brieu de venir le voir.

Brieuc s'avança donc avec son escorte de religieux. Il se trouva que le prince était de sa famille, venu d'outre-mer, il avait fondé un petit royaume dans l'Armorique. Après avoir remercié le Très Haut de cette heureuse rencontre, Brieuc pria pour que le noble malade de son infirmité guérisse ce qui arriva très vite, en reconnaissance de ce bienfait, Riwal lui céda pour en faire un monastère son manoir situé en un lieu qu'on appelait le Champ du Rouvre, avec toutes les propriétés qui en dépendaient. Ce fut l'origine de la ville de Saint-Brieuc.

Au pied du monastère, dans la vallée silencieuse où coulait une claire fontaine, Brieuc fit bâtir une chapelle. Ce petit sanctuaire fut par appelé plus tard « Chapelle Saint-Brieuc ». Lorsque, lassé par ses travaux et ses courses apostoliques, il revenait au milieu de ses Frères, jamais il n'oubliait d'aller prier dans la chapelle de la vallée. Souvent il y venait passer de longues heures dans la prière et la méditation.

Un soir que Brieuc revenait de visiter une dépendance de son monastère, il fut encerclé par une meute de loups affamés et menaçants, prêts à se jeter sur les bœufs tirant son chariot. Le saint, impassible, leva une main et, aussitôt, les loups se prosternèrent devant lui, comme demandant grâce. Il les tint ainsi en respect jusqu’au petit matin, où passèrent par là des émigrés tout juste débarqués de Galles. Voyant là un signe du Très Haut, ceux-ci demandèrent immédiatement le baptême. Après avoir ordonné aux loups de s’éloigner, Brieuc instruisit durant sept jours le livre des Vertus à ces quelques compatriotes fraichement arrivés en Armorique puis il les baptisa au huitième jour.

C'est peut-être à cette date qu'il faut placer l'élévation de saint Brieuc à l'épiscopat. La qualité d'évêque lui est en effet donnée pour sa vie dédié pour le Très Haut et ses actes si pieux faisant de lui un grand serviteur de l'Eglise.

Enfin le Très Haut, voulant couronner cette belle existence par une précieuse mort, lui fit savoir, par révélation, que le terme en était proche. Il se coucha donc sur son pauvre grabat et mourut en 502.


MGR HBC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille.

avatar

Nombre de messages : 39
Paroisse : Tours
Statut : Abbesse
Autres : sous secrétaire apostolique, heuristique, rectrice de Saint Louis
Date d'inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Hagiographie   Lun 9 Avr 2012 - 21:52

J'ai un petit souci vis à vis de cette hagiographie. Pour avoir travaillé au Saint Office, elle ne passera jamais. Elle est bien trop reprise d'un travail extérieur en dehors de quelques mots remplacés. C'est le genre d'hagiographie qui ne passera pas l'antichambre, je ne le sais que trop.

Je suggère déjà de noter à part les dates et évènements marquants puis de réécrire complètement l'histoire, afin de lui donner son propre cachet. Pour avoir plus de chance d'être acceptée, il faut en plus y apporter un rappel des évènements de nos Royaumes et de références plus Renaissantes.

Enfin, les derniers points importants pour chaque hagiographie est de préciser date de la fête, symbole le représentant, patron de quoi et reliques éventuelles. Chacun de ces éléments ayant été explicité au préalable dans l'hagiographie.

Voilà, ça peut sembler un peu lourd mais c'est le minimum pour ne pas voir l'hagiographie nous revenir par retour de pigeon. Pas toujours sympathique en plus parfois le pigeon ...


Dernière édition par Camille. le Mar 10 Avr 2012 - 0:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
latan

avatar

Nombre de messages : 532
Date d'inscription : 09/10/2005

MessageSujet: Re: Hagiographie   Lun 9 Avr 2012 - 22:55

Parfaitement d'accord, il faut éviter les copies, et s'ecarter de l'irl. Mieux vaut aussi y inclure des références In Gratibus ainsi que des références au Dogme ou aux Saints antérieurs.

Les reliques deviennent d'actualité avec un office chargé de leur reconnaissance, donc il en faut au moins une. Sa crosse epsicopale?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pouilloux Fouquet

avatar

Nombre de messages : 91
Paroisse : Tréguier
Statut : Diacre
Autres : breton
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Hagiographie   Mar 10 Avr 2012 - 12:54

Je propose une découpe du travail, il ne restera qu'a remplir avec du texte.

Une naissance attendue :

Une annonce de sa naissance à ses parents par un ange bien de chez nous Al lopas

Une jeunesse bénie :

Refaire intervenir Al lopas, qui veille sur Brieg



Etude à Paris :

Trouver un lieu de Paris existant, avec une éducation aristotélicienne


Retour dans le Pays de Galles :

On garde ses miracles ?
une mise en avant de l'avancé de la pensée d'Aristote.

Départ pour l'Armorique :
Arrivé de Brieuc dans l'embouchure du Gouet

envie de réunir les deux et porter le récit surtout sur la bretagne. Ce qu'il a pu faire. Les reliques éventuelles restantes...


Est-ce que comme cela il est plus simple de travailler ensemble pour avancer dans cette Halio ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tadeus

avatar

Nombre de messages : 281
Age : 28
Paroisse : Rennes
Statut : Vicaire du diosèce de Rennes
Autres : Garde Episcopale de Bretagne
Date d'inscription : 28/06/2009

MessageSujet: Re: Hagiographie   Sam 14 Avr 2012 - 16:23

Justement elle n'a était que dans l'antichambre du SO grâce à son Eminence Robert Savoie qui ma montré mes erreurs.

Donc je rejoint son avis pour porter mieux la parole mieux vaut demander différents avis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
savoie
Chapitrain
avatar

Nombre de messages : 1789
Paroisse : Fécamp
Statut : Frère Gardien
Autres : Théologue
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Hagiographie   Lun 16 Avr 2012 - 15:44

Je déplace le sujet dans la bibliothèque, et je suis heureux de voir que cela sème l'enthousiasme. Je suis également heureux de vous voir de retour parmis nous, mon frère. Puisse ce séjour perdurer!

Prenez bien note des commentaires, vous avez déjà les miens, et commencer à modifier. Petit à petit, nous honorerons ce grand breton!

_________________
Robert Savoie, frère gardien de ce couvent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pouilloux Fouquet

avatar

Nombre de messages : 91
Paroisse : Tréguier
Statut : Diacre
Autres : breton
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Hagiographie   Ven 20 Avr 2012 - 21:26

Mes frères et soeurs, je vous présente mon début pour l'halio, la partie :Une naissance attendue.

Une naissance attendue :

Brieuc est né au début du Vème siècle, dans le pays de Galles. Ses parents, Cerpus et Eldrude, étaient nobles et riches, mais idolatraient. "chérie , viens là que l'on idolàtre ce soir! " était phrase courante chez les parents. Une nuit, l'ange Al Lopas se montre à Eldrude dans une vision : « Femme, lui dit-il, sors des ténèbres de l'idolâtrie, adore le Très Haut, Créateur de toutes choses, sinon je fais disparaitre ton époux». A ces mots, Eldrude est saisie de crainte. Mais Al Lopas la rassure, "mais non je déconne, mais arrète d'idolatrer quand même, on se sais jamais" et lui annonce qu'elle sera mère d'un fils qui deviendra grand devant le Très Haut et qu'il s'appelera Brieuc.

A son réveil Elrude raconte son songe. Cerpus se mit à rire . "J'te jure les femmes... elles te ferons croirent n'importe nawaq pour avoir un enfant..." Trois jours passèrent, et l'ange du Très Haut revient, mais cette fois il apparait à Cerpus lui-même, et, après lui avoir sévèrement reproché son incrédulité, le menaça : « Lève-toi, ajouta-t-il, et que tes faux dieux te délivrent du châtiment, s'ils le peuvent . MouarHahahaHa». Et Cerpus pu enfin se rendre compte de vérité divine, il allait être père.



Merci de commenter, corriger, annoter. Je vous laisse des crayons de couleur à disposition...

Pouilloux regarde ceux qui sont présent, pour savoir si cela leur convient avant de poursuivre dans la même veine ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hagiographie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hagiographie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hagiographie de Bienheureux Gatien de Tours
» Hagiographie de Georges de Lydda
» Hagiographie de Saint Corentin
» [RP] Hagiographie de ST Georges de Lydda
» Hagiographie de Pouiss

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couvent Général Franciscain de Bruz :: L'enceinte du couvent :: Textes en cours de rédaction-
Sauter vers: